Mardi 1er juillet

Itinéraire

Au réveil de ce troisième jour pas de pluie, mais, comme dit le poète, un ciel si bas qu’il fait l’humilité ;)

Notre étape du soir sera Vik, ou plus exactement le camping de Þakgil, situé juste après la sortie de Vik, à 15 km de piste de la route principale, au milieu de nulle part.

Sur le chemin, nous commençons par un arrêt pour aller à la rencontre de notre premier glacier, le Sólheimajökull.

Sólheimajökull (1)

Sólheimajökull (2)

La couleur « café au lait » de l’eau de la lagune offre un contraste très esthétique avec le blanc et le bleu de la glace, un régal pour le photographe (même si un peu plus de lumière n’aurait pas été de trop  …)

Sólheimajökull (3)

Sólheimajökull (4)

Nous poursuivons ensuite notre chemin vers Vik. A notre arrivée, la pluie et le vent nous incitent à aller nous installer directement au camping de Þakgil. C’est la première fois que notre 4×4 quitte la route goudronnée, et au bout de quelques kilomètres le dépaysement est total, on est au milieu de nulle part ….

Sur la route vers Þakgil

Arrivés au camping, la pluie et le vent ont forci, et d’après la météo cela ne va faire qu’empirer dans les heures à venir. Nous décidons une seconde fois de ne pas planter la tente, et réservons un bungalow pour la nuit.

Une fois assurés de dormir au sec, nous repartons pour Vik, et les plages de Dyrhólaey et Reynisfjara. Ces plages de sable noir, surmontées de falaises (et d’orgues basaltiques pour la seconde), sont magnifiques, mais nous les verrons sous un temps détestable : pluie et vent, aucune lumière, et devant lutter en permanence avec les gouttes qui se déposent sur la lentille des appareils.

Falaises de Dyrhólaey

Vue sur les aiguilles de Reynisfjara depuis Dyrhólaey, et les gouttes sur l’objectif en bonus

Dans ces conditions, autant dire que les photos sont juste là pour le souvenir, et qu’il aurait fallu y retourner par un temps plus clément pour espérer mettre correctement en valeur ces paysages 😉

Aiguilles rocheuses de Reynisfjara (1)

Aiguilles rocheuses de Reynisfjara (2)

Les falaises de Dyrhólaey, vues depuis Reynisfjara

Les falaises de Dyrhólaey étant un lieu de résidence de nombreux oiseaux, cette journée est aussi occasion de faire une incursion hors de la photo de paysage, incursion bien modeste compte tenue des conditions de lumières et de la forte contre plongée.

Macareux (1)

Macareux (2)

Fulmar boréal (1)

Fulmar boréal (2)

Ayant regagné le camping, nous ne regrettons absolument pas notre choix de dormir en dur : la nuit sera dantesque, le vent et la pluie à leur paroxysme, d’ailleurs à part une tente déjà en place à notre arrivée, aucun campeur ne tentera l’aventure ce jour là.

Þakgil étant le point de départ d’une belle randonnée, nous espérons que le temps se sera amélioré le lendemain matin pour pouvoir en profiter.

 Lundi 30 juin                                                                                    Mercredi 2 juillet

Il est 1 commentaire

  1. Blandine

    Bonjour,

    Malgré le mauvais temps je trouve l’ambiance assez fabuleuse !
    Nous l’avons fait avec un bien meilleur temps mais sur vos photos Vik reste fascinant ! (bon nous avons ce genre de temps sur notre trek ..)


Publier un nouveau commentaire